Sélectionner une page

17035507__banniere-web_500x150_final

Le Contre-courant

La Banque de privatisation des infrastructures
Une mauvaise idée, implantée au mauvais endroit

La chef du Bloc Québécois, Martine Ouellet, le chef parlementaire, Xavier Barsalou-Duval, ont tenu à réagir en apprenant que c’est à Toronto que la Banque de privatisation des infrastructures sera établie, et non à Montréal.

« Le problème de la banque, c’est que c’est une banque de privatisation des infrastructures. Et la recette de la privatisation, on la connaît, c’est toujours la même chose. On se rend compte que, que ce soit pour les réseaux d’aqueducs, pour les routes ou les CHSLD, ça finit toujours par coûter plus cher aux contribuables, pour moins de services. Ce n’est pas pour rien que les services sont publics, c’est parce qu’on veut s’assurer d’obtenir ce qu’il y a de mieux, au meilleur coût possible », a déclaré Mme Ouellet.

« C’est pourquoi, au Bloc Québécois, nous nous sommes opposés au projet de Banque de privatisation des infrastructures. Mais puisque le gouvernement canadien tient mordicus à aller de l’avant, nous comprenons que le milieu économique montréalais voulait qu’elle voie le jour dans la métropole québécoise. Montréal aurait pu bénéficier de la présence de la Banque de privatisation des infrastructures, par l’obtention de contrats à des consultants, par exemple. L’annonce d’hier nous fait dire que la Banque de privatisation des infrastructures, c’est tout simplement une mauvaise idée, implantée au mauvais endroit », a ajouté la chef bloquiste.

Le milieu économique montréalais, dont la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, s’est mobilisé pour mousser la candidature de la ville. « Le président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain en est arrivé à la même conclusion que nous : il n’y a personne dans le gouvernement canadien pour défendre les intérêts du Québec. Force est d’admettre que le ministre des finances canadien, le grand ami de Bay Street, a plus de poids pour Toronto que les quarante députés du PLC en ont pour défendre le Québec en entier », a ajouté M. Barsalou-Duval.

« Le président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain a déclaré hier que l’installation de la Banque de l’infrastructure à Toronto est une véritable gifle au visage pour la métropole. Avec ce gouvernement, le Québec a plus que sa part de gifles. Les transferts en santé, par exemple, ou le refus de nommer quatorze juges pour répondre aux besoins de notre système de justice. Le silence des 40 députés québécois du PLC est signe qu’ils acceptent que le Québec n’ait pas sa juste part », a conclu le député de Pierre-Boucher—Les Patriotes—Verchères.
.

.
cote_final


Pour ne rien manquer des nouvelles hyperlocales du www.lecontrecourant.com, aimez notre page Facebook et inscrivez-vous au Contre-courriel !

Vous pourriez aimer aussi :

Contrecoeur: les brigadiers seront de retour !

Lors de la séance du conseil municipal du 6 juin dernier, la Ville de Contrecœur a reconduit l’entente de service avec la Maison de la famille Joli-Cœur, concernant le service de brigadiers pour l’année scolaire 2017-2018.

lire plus

En soutien à Laurie Jussaume: une campagne de financement

Laurie Jussaume, la jeune cycliste de Contrecoeur, continue son ascension dans le monde cycliste. L’an dernier, elle a eu l’immense privilège de participer, sous les couleurs de l’équipe canadienne, aux deux plus importantes compétitions auxquelles il est possible de prendre part dans sa catégorie…

lire plus
Share This