Sélectionner une page
17035507__banniere-web_500x150_final
Le Contre-courant

Fin de la session parlementaire
Le bilan du député Simon Jolin-Barrette

Vendredi dernier marquait une fin d’une session parlementaire active pour le député de Borduas, et ce autant à l’Assemblée nationale qu’en circonscription.

Simon Jolin-Barrette n’a pas chômé ces derniers mois. En effet, le député de Borduas a présenté pas moins de six projets de loi depuis le début de l’année. « Un de ces projets de loi porte sur l’encadrement plus serré des programmes de récompense afin que ceux qui y adhèrent ne soient pas floués par l’entreprise émettrice qui déciderait de changer les règles », explique monsieur Jolin-Barrette.

« Puis, deux autres de ces projets ont davantage trait à l’accès à la justice. Un premier prévoit donner plus de latitude aux étudiants en droit qui prennent part aux cliniques juridiques universitaires : on leur permettrait de donner des conseils juridiques plutôt que de les limiter aux informations juridiques. D’ailleurs, par le biais d’une lettre ouverte dans le quotidien LaPresse, ce projet de loi a d’ailleurs reçu l’appui des doyens des facultés de droit des universités du Québec. » Simon Jolin-Barrette rappelle que ce projet de loi permettrait un plus large accès à la justice à moindre coût. L’autre projet de loi auquel le député fait référence porte sur la hausse des montants admissibles aux petites créances pour les entreprises qui voudraient faire appel d’une réclamation de Revenu Québec. « Le seuil était fixé à 4000$ et mon projet de loi proposait de l’augmenter à 15 000$, encore une fois, pour élargir et simplifier l’accès à la justice, poursuit le député. Notez que les Libéraux ont copié telle quelle cette idée dans la plus récente loi sur le budget du ministre Leitao. »
.

Il a également déposé le projet de loi 797 pour que les liens de filiation qui unissent un enfant et son père décédé pendant la grossesse soient plus facilement reconnus. « La façon de faire actuelle doit être revue. Elle discrimine en quelque sorte les enfants issus de couples non mariés. » Il a aussi déposé le projet de loi 792 qui revoyait le mode de nomination des juges dans les tribunaux administratifs. « Le processus en place présentement ouvre toute grande la porte aux nominations partisanes. Mon projet de loi prévoit un processus plus neutre, plus formel, à l’abri de toute influence politique », poursuit le député. « C’est important pour le bien de la population du Québec que les personnes nommées à ces postes le soient à cause de leurs compétences, et non parce qu’il connaissait telle ou telle personne de l’équipe au pouvoir. » Il a enfin plaidé pour l’adoption de la clause dérogatoire dans la foulée de l’arrêt Jordan. « Mon projet de loi 890 permettrait de juguler la crise temporairement, le temps de se réenligner, et de faire en sorte qu’il n’y ait pas d’accusés de crimes graves qui soient libérés sans avoir subi de procès », souligne-t-il.

Du concret dans la circonscription

Dès le début de l’année, le député a annoncé que le Programme PAIR – un programme qui vise à assurer la sécurité des personnes âgées et des personnes souffrant de problèmes de santé les rendant vulnérables – était désormais disponible dans les municipalités de Saint-Marc-sur-Richelieu, Saint-Charles, Saint-Antoine et Saint-Denis. « Le programme était offert dans toutes les autres villes de la circonscription, mais pas dans ces quatre municipalités. Une question de territoire et de juridiction. Nous avons tout réglé. Désormais, tous les aînés de Borduas ont accès au programme PAIR. »

Le député de Borduas avait en outre déposé un projet de loi, en novembre dernier, qui s’inspirait de l’initiative Dans ma rue, on joue de la ville de Beloeil. « Je l’ai porté à l’Assemblée nationale, car je voulais qu’il soit possible pour toutes les municipalités du Québec de l’adopter, et pour toutes les familles d’en profiter. » D’ailleurs, l’étude du projet de loi 122, qui portait sur la gouvernance des municipalités, a incité le député à entreprendre des pourparlers avec l’équipe du ministre Coiteux afin d’y intégrer Dans ma rue, on joue sous forme d’amendement. « Je suis très heureux de l’avoir convaincu. Ça peut avoir un impact sur la santé des familles. »

Autre nouvelle incontournable pour la circonscription, c’est la confirmation toute récente par le ministre Sébastien Proulx que la ville de Mont-Saint-Hilaire aura enfin son école primaire dans le Village de la Gare, un dossier que porte Simon Jolin-Barrette depuis son arrivée en poste comme député de la circonscription. « C’est une très bonne nouvelle », affirme-t-il.

Enfin, fidèle à son habitude, le député de Borduas n’a pas manqué une occasion de souligner des événements et anniversaires marquants de sa circonscription. « Je pense entre autres aux municipalités de McMasterville et Saint-Marc-sur-Richelieu, qui fêtent respectivement leur 100e et 225e anniversaire cette année. » Il a aussi fait mention, à l’Assemblée nationale, des 20 ans du Chœur de la Montagne, des 30 ans de la Maison de répit l’Intermède, des 20 ans de Patrimoine hilairemontais, des 25 ans de la Maison Victor-Gadbois ainsi que des 50 ans de l’AFÉAS de Mont-Saint-Hilaire. « Qu’ils agissent aux plans culturels ou humains, le travail de ces organismes est remarquable. »
.


cote_final
.


Pour ne rien manquer des nouvelles hyperlocales du www.lecontrecourant.com, aimez notre page Facebook et inscrivez-vous au Contre-courriel !

Vous pourriez aimer aussi :

Prix de reconnaissance des bénévoles en matière de véhicules hors route: le gouvernement du Québec félicite M. Denis Beauregard et M. Gilles Massie, lauréats de la région de la Montérégie

Le ministre des Transports et ministre responsable de la région de l’Estrie, M. François Bonnardel, et le ministre responsable de l’Administration gouvernementale et président du Conseil du trésor et ministre responsable de la région de la Montérégie, M. Christian Dubé, unissent leurs voix…

lire plus
Share This