Sélectionner une page
Le Contre-courant


Pour permettre aux enfants du Québec de renouer avec leurs racines
«Faire de l’enseignement de l’histoire nationale, mais aussi locale et régionale une priorité» –Stéphane Bergeron

Le député de Verchères, monsieur Stéphane Bergeron, a fait écho à l’annonce du Parti Québécois, selon laquelle l’enseignement de l’histoire nationale, mais aussi locale et régionale, constituera une priorité de son gouvernement à compter du 1er octobre prochain.

S’inspirant d’initiatives comme «Enseigner le Kamouraska» ou, plus près de nous, «L’univers de Zacharie», le gouvernement du Parti Québécois, en effet, offrira aux élèves de 2e et 3e cycles du primaire, des activités de découverte et de familiarisation à leur identité, à leur histoire et à leur réalité locale et régionale, permettant ainsi de développer et de renforcer le sentiment d’appartenance à leur milieu, leur communauté et leur nation.

 
«J’avais eu l’occasion de prendre part au lancement de la trousse ‘‘L’univers de Zacharie’’ proposée par la Ville de Varennes et destinée tant aux enseignants qu’aux élèves du primaire. Dès ce moment, je disais que cette initiative devait non seulement être saluée, mais reproduite à l’échelle du Québec. Ce sera chose faite, à compter du 1er octobre prochain, sous le gouvernement du Parti Québécois! Cela prendra d’abord la forme de projets pilotes, mis en œuvre sur une base volontaire, qui seront progressivement étendus à l’ensemble du Québec, en tenant compte des particularités locales et régionales. Les écoles, commissions scolaires, municipalités, MRC et sociétés d’histoire seront donc appelées, dans un formidable exercice de concertation régionale, à participer au développement des contenus et outils pédagogiques devant permettre la mise en place de ce projet, qui se déploiera dans le cadre des cours ‘‘Univers social’’, ‘‘Science et technologie’’ et ‘‘Éducation à la citoyenneté’’, qui remplacera le cours ‘‘Éthique et culture religieuse’’, à raison de dix demi-journées sur 3 ans», de préciser monsieur Bergeron.

«Nous sommes certes citoyennes et citoyens du Québec, mais nous vivons au quotidien dans un quartier, une municipalité, une région. Il importe donc que nos enfants en connaissent les particularités, qui contribuent largement à façonner leur identité et leur personnalité, et qui ajoutent à l’éventail de couleurs s’articulant autour de la trame de fond servant d’assise à la spécificité du peuple québécois. Des projets comme ‘‘Enseigner le Kamouraska’’ et ‘‘L’univers de Zacharie’’ constituent des succès qu’il faut chercher à multiplier», de conclure Stéphane Bergeron.
 

cote_final


Pour ne rien manquer des nouvelles hyperlocales du www.lecontrecourant.com, aimez notre page Facebook et inscrivez-vous au Contre-courriel !

Vous pourriez aimer aussi :

Share This