Sélectionner une page
Le Contre-courant

M. Stéphane Bergeron et M. Cédrik G.-Ducharme. (Photo d’archives. Source: Facebook de Cédrik G.-Ducharme.)

Borduas
Cédric G.-Ducharme donne son appui aux citoyens de la ville d’Otterburn Park qui s’opposent à l’implantation de la tour de télécommunication Telus

Vendredi matin dernier, Cédric G.-Ducharme donnait son appui aux résidents de la ville d’Otterburn Park. L’imposition de cette tour de télécommunication est une insulte aux citoyens, car ils n’ont pas été réellement consultés et écoutés. Le ministère canadien de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique a donné son autorisation à Telus pour implanter sa tour. Cédric G.-Ducharme soutient que ce projet est inacceptable puisque son processus est obscur, sa méthode est cavalière et que le résultat final et son impact sont désastreux.

Les citoyens s’opposent non sans raison :

  1. Les champs électromagnétiques font l’objet d’études en environnement comme en santé publique. Le principe de précaution doit alors s’appliquer.
  2. Les conséquences de la construction de cette tour se feront sentir sur un boisé emblématique qui abrite plus de 300 arbres remarquables, 200 espèces de plantes dont certaines sont menacées.
  3. Sans parler de l’aspect esthétique déplorable d’une telle construction de métal, au centre de la ville. « Nos enfants nous diront dans 20 ans que nous aurions dû empêcher cela. »

Piste de solution :

Pour aller au-delà du simple appui, le Parti Québécois désire créer le Conseil des médias et des communications du Québec (CMCQ), potentiellement en remplacement du CRTC.

Concrètement cela veut dire que le Québec pourra gérer lui-même les ondes sur son territoire. Il pourra défendre la langue française dans le contenu des chaînes de télévision, de radio ou de tout autre réseau de communication électronique et finalement, il pourra garantir la liberté de communication en exerçant un pouvoir de régulation dans l’intérêt du public québécois.

Cédric G.-Ducharme est d’avis qu’il faut penser à remettre en question le monopole fédéral sur les communications, car c’est lui qui a donné son accord pour l’implantation de cette tour. Un accord sans connaissance des gens et du terrain. Et c’est ce à quoi lui et le Parti québécois s’attelleront.

Des décisions aussi importantes DEVRAIENT être prises au Québec et non au Canada. Qui plus est, elles devraient être davantage décentralisées, parce que ce sont les MRC et les municipalités qui sont les plus au fait des particularités locales.

cote_final


Pour ne rien manquer des nouvelles hyperlocales du www.lecontrecourant.com, aimez notre page Facebook et inscrivez-vous au Contre-courriel !

Vous pourriez aimer aussi :

Share This