Sélectionner une page
Le Contre-courant

Photo d’archives

Commentaires de la nouvelle députée de Verchères
Stéphane Bergeron courroucé


Daniel Castonguay
redaction@lecontrecourant.com

Stéphane Bergeron, l’ex-député de Verchères, a exprimé, via sa page Facebook publique, sa déception face à la conduite de celle qui a pris sa place à l’Assemblée nationale.

Dans un texte titré Ayez la décence d’avoir la victoire modeste, madame la députée!, il débute ainsi: «Il y a des gens qui semblent parfaitement incapables de faire sans cesse montre de leur petitesse; il appert que ce soit le cas de la personne qui m’a succédé à titre de députée de Verchères, Suzanne Dansereau. Je m’étais pourtant fait un point d’honneur de ne pas jouer à la «belle-mère» (ou au «beau-père», c’est selon…) avec elle, allant même jusqu’à lui offrir, publiquement et de vive voix, mon entière collaboration, et ce, dans le but d’assurer une transition harmonieuse, ainsi que pour l’avancement des dossiers s’inscrivant dans l’intérêt des citoyennes et citoyens de notre circonscription.»

Apparemment, ce sont des commentaires publics de la nouvelle députée qui ont soulevé l’ire de Stéphane Bergeron: «Le 8 mars dernier, par exemple, alors invitée par Contact-L à un événement organisé à l’occasion de la Journée internationale des femmes, elle aurait expliqué aux personnes présentes, médusées de voir le propos du jour être ainsi détourné, qu’elle s’était présentée contre moi puisque je n’aurais pas appuyé le projet de pôle logistique à Contrecoeur, continuant de répéter jusqu’à plus soif ce mensonge éhonté dans l’espoir qu’il finisse par s’imposer comme une vérité (jusqu’ici, j’avais résolu, fidèle à ma volonté de ne pas jouer les belles-mères/beaux-pères, de ne pas rectifier les faits à ce sujet, mais elle m’oblige maintenant, par ses attaques incessantes, à devoir le faire dans une publication ultérieure…). Quel était la pertinence d’une telle charge dans un tel contexte? C’est comme si elle sentait l’obligation de devoir sans cesse expliquer l’inexplicable, c’est-à-dire sa décision de se présenter contre moi après avoir annoncé sa décision de ne pas solliciter un nouveau mandat à la mairie de Contrecoeur et s’être fait célébrer pour ses quelque 25 ans de vie politique active. Sa défection au profit du parti de François Legault aura assuré sa «résurrection» politique…»

«Madame la députée, dois-je me permettre de vous rappeler que la campagne électorale est terminée et que vous l’avez gagnée (même si ce fut à l’arraché, ce qui devrait vous inciter à un peu plus de retenue dans vos propos et votre attitude)? Puis-je me permettre d’ajouter que, contrairement à vous, je n’ai eu droit à aucune fête pour souligner mes 25 ans d’engagement au service des citoyennes et citoyens de notre circonscription? Je n’ai pourtant jamais ménagé ni mon temps, ni mes efforts pour bien représenter et bien servir mes concitoyennes et mes concitoyens. J’ai TOUJOURS reconnu vos propres mérites, vous décernant même la Médaille de l’Assemblée nationale lors de la fête organisée en votre honneur pour souligner votre «retrait» de la vie politique… Je ne m’attends évidemment à rien de tel de votre part, mais me semble que le moins que je puisse espérer de vous, c’est un minimum de respect et de considération!
À bonne «entendeure», salut!» de conclure l’ex-député.
 .

cote_final


Pour ne rien manquer des nouvelles hyperlocales du www.lecontrecourant.com, aimez notre page Facebook et inscrivez-vous au Contre-courriel !

Vous pourriez aimer aussi :

Share This