Le lendemain du dépôt d’une pétition conforme signée par plus de 400 pétitionnaires, le député de Richelieu, Sylvain Rochon, a profité de la période de questions et réponses orales à l’Assemblée nationale pour réclamer du ministre Blais, tel que le demande la pétition, qu’il confirme la participation financière du ministère de l’Éducation au projet d’agrandissement de l’école Saint-Roch-de-Richelieu, rendue exigüe en raison d’une augmentation importante du nombre d’élèves.

Le ministre Blais, pourtant au courant de la qualité du dossier, a refusé de s’engager à ce que son ministère confirme sa participation financière estimée à 323 000 $. La non disponibilité d’espaces dans des secteurs situés à des distances raisonnables de la municipalité rend ce projet très prioritaire.

La Commission scolaire et la municipalité de Saint-Roch-de-Richelieu ont déjà signifié leur engagement pour un montant de plus de 4 M$ puisque le projet d’agrandissement prévoit, en plus de la construction de classes pour l’enseignement, la construction d’un gymnase et d’une bibliothèque dignes de ce nom, des équipements dont pourrait profiter toute la communauté. Ainsi, étant donné cette implication financière, le coût de construction au mètre carré s’en trouve diminué pour le gouvernement.

« Je me serais attendu à ce que le ministre s’empresse de permettre cet agrandissement, surtout que l’école ne peut plus supporter une telle augmentation du nombre d’élèves. Les locaux transformés temporairement en classes sont trop petits, insuffisamment aérés et certains jours, il n’y a même pas assez de place pour que tous les élèves puissent prendre leur dîner à l’école. Est-ce la conséquence de délais administratifs trop longs ou de l’austérité libérale ? Que ce soit l’une ou l’autre de ces raisons, c’est inacceptable car ce sont les élèves qui en font les frais », a déclaré Sylvain Rochon.

Afin d’éviter la duplication des dépenses, le fait que des équipements sportifs et culturels dans les écoles soient rendus disponibles aux citoyennes et les citoyens de la communauté moyennant leur participation financière est une pratique que le gouvernement affirme publiquement vouloir encourager. « La communauté de Saint-Roch-de-Richelieu a compris le message et s’attend à ce que le gouvernement fasse preuve de cohérence. Si le ministre a besoin de plus d’information, je ne demande pas mieux qu’il consente enfin à rencontrer les parents des élèves et les représentants de Saint-Roch-de-Richelieu. Ils se feront un plaisir de lui démontrer à quel point ce projet est important pour leur communauté », a ajouté Sylvain Rochon.

Share This