Sélectionner une page

cblanc

black-blanc

gabriel

Centre d’accueil de Contrecoeur
Le cri du coeur d’un résident

Gabriel Lague est atteint de la dystrophie musculaire de Duchesne. Depuis 3 ans, il demeure au Centre d’accueil de Contrecoeur.

Il s’y plait. La proximité du fleuve, le personnel professionnel et la possibilité pour lui de vaquer à ses passions lui rendent la vie agréable. Gabriel a d’ailleurs publié un livre l’année dernière, L’élu d’eldorador. Le Contre-courant avait couvert le lancement justement effectué au Centre d’accueil.

Depuis janvier, Gabriel Lague a un peu moins le sourire. De façon fréquente, lorsque du personnel s’absente, il n’y a pas de remplaçant. Le personnel sur place doit donc mettre les bouchées doubles afin d’assurer les soins de tous.

Malgré le dévouement et la bonne volonté des préposés sur place, Gabriel doit parfois attendre plus d’une heure pour aller à la toilette ou encore il se fait lever plus tard. Il bénéficie d’un bain par semaine. Lorsqu’il y a manque de personnel, on doit parfois le remettre. Des bénéficiaires demeurent aussi en pyjama à ces occasions.

Il trouve cette situation bien inhumaine, autant pour le personnel, qui est débordé, que pour les bénéficiaires qui ne reçoivent pas ainsi toute l’attention qu’ils méritent. «Les employés travaillent d’arrache-pied quand il manque une personne, et après ils se brûlent et tombent malades. Les résidents et les employés sont des êtres humains et non des numéros et des machines. » mentionne-t-il.

Il a fait part de la situation à la direction, mais le problème persiste. Il a mentionné son mécontentement sur sa page Facebook qui a été partagé jusqu’à maintenant à 272 reprises. Il a écrit aussi récemment à son député.

Il est inquiet avec les vacances d’été qui approchent. Autant pour le personnel que pour les résidents du Centre d’accueil, il souhaite qu’on trouve une solution à ce problème.

[sg_popup id=11]
Share This