Sélectionner une page
Le Contre-courant

M. Patrick Noël et Mme Marie-Christine Langlois, copropriétaire de Taxi Contrecoeur

Loi 17
Quels seront les impacts pour le taxi régional?


Denis-Charles Drapeau
dcdrapeau@lecontrecourant.com

À la suite de l’annonce du ministre François Bonnardel au sujet du projet de loi 17 plus tôt cette semaine, les médias nationaux font évidemment état des protestations des chauffeurs de taxi du Québec. Qu’en est-il chez nous? LeContrecourant.com est allé prendre le pouls de la situation chez Taxi Contrecoeur.

Le projet de loi 17

Rappelons brièvement que ce projet de loi propose une vaste réforme de l’encadrement légal des services de taxi dans la province. Cette dernière ouvre la porte aux entreprises de transport sur demande par application mobile comme Uber en abolissant notamment les permis obligatoires de taxi.

Taxi Contrecoeur

Taxi Contrecoeur est le rêve entrepreneurial d’un couple de Contrecoeurois, Marie-Christine Langlois et Patrick Noël. Cette nouvelle entreprise qui fêtera sa première année d’existence le 15 juin prochain a le vent dans les voiles. En effet, la nouvelle acquisition d’un véhicule hybride et l’obtention prochaine d’un deuxième permis auprès de la Commission du transport du Québec (CTQ) en attestent.

Un service attendu

«C’est sûr qu’il y a de la demande et que c’était attendu depuis longtemps. Nous avons embauché deux employés, nous sommes donc quatre chauffeurs en tout, disponibles 24h sur 24h! », nous dit M. Noël. «Le dernier taxi date d’il y a 15 ans! Cela a changé depuis et le besoin grandit à mesure que la population grandie aussi», rajoute Mme Langlois.

L’impact de la loi 17

Selon eux, l’annonce du ministre n’est pas une bonne nouvelle. «À notre avis, ce n’est pas une bonne chose pour l’industrie du taxi. Cela ouvre la porte à toutes sortes de personnes qui ne sont pas formées et qui s’improvisent taxi! », réprouve M. Noël.

Solidarité

«En fait, ce qui va changer beaucoup pour l’industrie, c’est au niveau des permis… cela nous touche moins en région, mais tous ceux qui ont acheté à gros prix, ils ne pourront plus les revendre. On ne peut qu’être solidaire avec eux!», raconte Mme Langlois.

Fini les frontières

«Ce qui nous touche le plus chez nous, c’est la levée des frontières… notre territoire exclusif : Calixa-Lavallée, Contrecoeur, Saint-Antoine-sur Richelieu, Saint-Roch-de-Richelieu et Verchères… En fait, ce qui va arriver, c’est que les autres compagnies de taxi pourront prendre des clients d’ici», poursuit-elle.


Pas viable!

Pour Patrick Noël, la loi 17 sera assurément adoptée. « Maintenant ce que l’industrie du taxi essaie de faire, c’est de la faire modifier. Le danger avec cette loi, c’est que, en plus des autres compagnies, tous les Uber pourront venir faire du taxi sans permis… Nous le savons avec des études de marché que plus de deux véhicules de taxi sur le territoire, ce n’est pas viable pour personne! Donc, le risque de ne pas survivre est réel!» dit-il.

Et le transport adapté?

Selon eux, l’effondrement de l’industrie du taxi régional aurait des conséquences terribles sur l’offre de service du transport adapté au sein de la MRC Marguerite d’Youville. «Prenons l’exemple des Taxis Daoust à Sainte-Julie, dont nous sommes sous-traitants, ils font du transport adapté. Pour obtenir le contrat service de la MRC, ils ont acheté neuf permis. Ce qui leur donne une dette de plus de 300 000$. De plus, pour bien desservir la population, ils ont besoin d’au moins trois véhicules avec un système de levage… Si cela tombe… c’est le transport adapté de la région qui tombe aussi… c’est toute la population de la MRC qui risque d’écoper! »

En terminant, le couple d’entrepreneurs invite la population qui souhaite les appuyer, à contacter leur député provincial respectif ou interpeller directement ministre des Transports, M. François Bonnardel.

Sachez que Taxi Contrecoeur est disponible 24h sur 24h, qu’il est possible de réserver et qu’ils offrent la navette pour l’aéroport à tarif fixe.

450-587-8294 (taxi)
 .

cote_final


Pour ne rien manquer des nouvelles hyperlocales du www.lecontrecourant.com, aimez notre page Facebook et inscrivez-vous au Contre-courriel !

Vous pourriez aimer aussi :

Varennes: inauguration du deuxième terrain de baseball synthétique au parc du Pré-vert

C’est en présence du conseil d’administration de l’association de baseball mineur de Varennes, du président de la compagnie GTR Turf Inc., des joueuses d’équipes féminines de Baseball Varennes et des employés des Services récréatifs et communautaires que le conseil municipal procédait, le 3 juillet dernier, à l’inauguration du terrain de baseball synthétique du parc du Pré-Vert.

lire plus
Share This