Sélectionner une page
Le Contre-courant


Un géant vert à la rescousse du développement économique et pour respecter la signature de nos engagements internationaux en matière de GES !

Un message de Dany Gariépy, candidat du Parti vert de la circonscription de Pierre Boucher-Les Patriotes-Verchères.

« Pourquoi ne pourrions nous pas jumeler les capacités hydroélectriques du Québec et de Terre-Neuve/Labrador afin de créer un géant d’énergie renouvelable qui permettrait de mettre en marche dès maintenant la transition énergétique attendue et tant nécessaire ? Ce vecteur de développement économique du XXIème siècle est laissé aux provinces dans un climat de compétition entre elles. Pourquoi ? Les vieux partis seraient contre l’émergence d’une force énergétique renouvelable à l’Est d’Ottawa ? »

« En 2041 Hydro-Québec perdra son approvisionnement à très faible coût de Churchill Falls au profit de Terre-Neuve (fin de l’entente de 1969) mais le barrage sera à rénover. Les 526 000 résidents de Terre-Neuve-Labrador déjà en déficit public ne pourront assumer seuls les coûts de rénovation sans l’aide fédérale afin d’assurer la production d’un kilowatt concurrentiel face aux autres énergies. »

« De plus, en ce moment même, Terre-Neuve/Labrador augmente son déficit avec un autre projet en cours de construction, le barrage de Muskrat falls. Évalué à 6 milliards $ au départ, le projet est rendu à 15 milliards sans avoir produit un seul kilowatt: au revoir la rentabilité. Ottawa (l’ensemble des canadiens) devra s’impliquer sinon le barrage ne pourra être opéré. On ne peut s’en sortir et l’aide viendra, ces infrastructures sont nécessaires. »

« Malheureusement la mauvaise entente actuelle Québec-TNL force la province des maritimes à s’offrir une ligne haute tension pour exporter aux États-Unis plutôt que d’utiliser le réseau d’HQ. Inévitablement nous sommes condamnés à verser des milliards pour sauver ces infrastructures nécessaires à l’atteinte des cibles de réduction de GES. Il est du devoir d’un gouvernement responsable d’asseoir les 2 provinces à la même table et de chercher l’intérêt de tous dans un partenariat qui joindrait leurs capacités totales actuelles et futures. »

« Nous pourrions plus facilement décarboniser l’économie du Québec, de l’Ontario et des Maritimes (la moitié de la population canadienne) en augmentant la part d’électricité dans le transport, l’agriculture (20-25% des GES au pays), le chauffage résidentiel et commercial. Étendre un sérieux réseau de bornes pour voitures électriques, fermer des centrales nucléaires en Ontario, multiplier la production d’hydrogène pour le transport maritime, développer et soutenir la production en serre. Les possibilités sont énormes comme nos besoins et le infrastructures disponibles. »

« Le maire de New York, Bill de Blasio, nous l’a dit ce printemps, notre électricité est « sexy ». Cette énergie verte représente un énorme soutien et un avantage concurrentiel à nos entreprises, PME, manufacturiers et agriculteurs soumis à la nécessaire taxe carbone. Elle représente une valeur ajoutée aux produits fabriqués par sa faible empreinte carbone qu’aucune société américaine, voir même à travers le monde, ne peut s’offrir. La Chine, l’Inde, le Japon, la Corée du Sud utiliseraient pour eux cette capacité pour se développer et se décarboniser. »

« Si M Trudeau achète un vieil oléoduc de 4 milliards pour aider l’Alberta alors pourquoi ne pas envisager un géant hydro-électrique à presque la moitié de sa population au service de l’environnement et de son économie ? »

Dany Gariépy
Candidat du Parti vert, Pierre Boucher-Les Patriotes-Verchères


Pour ne rien manquer des nouvelles hyperlocales du www.lecontrecourant.com, aimez notre page Facebook et inscrivez-vous au Contre-courriel !

Vous pourriez aimer aussi :

Contrecœur adopte son budget 2020

Le conseil municipal de la Ville de Contrecœur, a déposé son budget 2020 le 9 décembre dernier lors d’une assemblée extraordinaire. Le conseil a ainsi dévoilé ses prévisions budgétaires pour la prochaine année, mais également son plan triennal d’immobilisations (PTI) 2020-2021 2022.

lire plus
Share This