Sélectionner une page

Le Contre-courant

Service aérien régional
Le gouvernement fédéral doit soutenir une solution québécoise

Le Bloc Québécois dénonce la décision d’Air Canada de suspendre les dessertes régionales et enjoint au gouvernement de soutenir une solution québécoise pour assurer le service aérien dans nos régions.

Le chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet, a fait cette annonce ce midi en point de presse à l’aéroport de Mont-Joli. À cette occasion, il était accompagné des députés Xavier Barsalou-Duval, porte-parole en matière de Transport, Maxime Blanchette-Joncas de Rimouski-Neigettes, Marilène Gill de Manicouagan, de Kristina Michaud, d’Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia et de Bruno Paradis, maire de Price, préfet de la MRC La Mitis et président du conseil d’administration de l’Aéroport de Mont-Joli.

Air Canada a annoncé la fin de ses services dans les régions du Québec dont Montréal ou Québec sont éloignées. Des entreprises québécoises sont motivées à prendre le relais, le gouvernement du Québec veut faire apparaître une offre québécoise globale pour ces services nécessaires.

« Justin Trudeau répond qu’il souhaite que le service demeure offert par Air Canada malgré toutes les offenses de cette entreprise contre le Québec et nos régions et malgré l’émergence d’une alternative légitime et mieux appropriée. Air Canada a pourtant profité d’un prêt de 800 M$ et de la subvention salariale d’urgence. Le manque de jugement du premier ministre n’est vraiment plus à démontrer. Dans le contexte de ses difficultés répétées avec l’éthique, on peut se demander au service de qui il se place », soutient Yves-François Blanchet.

« Air Canada a abusé de sa richesse et de l’appui du fédéral pour affaiblir la concurrence québécoise et par la suite augmenter les tarifs et n’a pas respecté ses obligations en matière de services en français et d’entretien d’une part de sa flotte par des entreprises du Québec. Avec l’approbation complaisante du gouvernement Trudeau, le transporteur a refusé de rembourser les clients qui n’ont pu utiliser les billets achetés à cause de la pandémie. L’Europe et les États-Unis ont pourtant imposé de tels remboursements, mais le gouvernement canadien n’en a pas eu le courage », souligne Xavier Barsalou-Duval.

Le rôle du Bloc Québécois sera donc de quatre ordres dans ce dossier :

  • Obtenir pour cette initiative québécoise une part du financement et du soutien financier qu’Ottawa a accordé à Air Canada malgré tous les comportements inacceptables de la société aérienne. Une telle aide publique aurait pu et dû être assujettie à des conditions qui auraient servi les Québécois et les Canadiens. À défaut, récupérons plutôt une part de l’argent pour développer une offre aérienne régionale québécoise dans toutes les régions ;
  • Ottawa est sollicité avec insistance par des municipalités et des capitales régionales afin de soutenir leurs besoins et projets légitimes de modernisation, de diversification de l’offre et d’innovation dans les types de services offerts par les aéroports régionaux du Québec. Le ministre Garneau semble utiliser tout son temps à… gagner du temps. Les régions du Québec ont besoin de services fiables, prévisibles et abordables, mais aussi de la liberté de développer des modèles d’affaires qui les serviront ;
  • Assurer qu’Ottawa n’utilisera pas sa juridiction en matière de transport aérien pour faire obstacle à la volonté de Québec de prendre le relais. Déjà, des régions expriment l’inquiétude que les délais d’approbation des nouvelles routes pour les entreprises ne prennent pas des mois que l’urgence ne permet pas de gaspiller ;
  • Assurer qu’Ottawa empêchera Air Canada de tenter de briser les reins d’une telle initiative en utilisant sa capitalisation supérieure et une complicité financière d’Ottawa en revenant sur le marché au plus fragile des moments. Québec et ses régions doivent avoir les coudées franches.

Rappelons que lors de la rencontre de jeudi dernier entre le premier ministre du Québec et le chef du Bloc Québécois, le gouvernement du Québec a réitéré sa volonté sans équivoque de soutenir des entreprises québécoises souhaitant offrir un service de qualité et abordable parce que de tels services sont toujours essentiels. « Les Québécois ont la volonté et l’expertise pour se doter de plus et de mieux en matière de transport aérien vers les aéroports régionaux du Québec. Le Bloc Québécois sera la voix à Ottawa de cette volonté très largement appuyée du Québec d’assurer par lui-même le service aérien régional à travers toutes les régions », conclut Yves-François Blanchet.


Pour ne rien manquer des nouvelles hyperlocales du www.lecontrecourant.com, aimez notre page Facebook et inscrivez-vous au Contre-courriel !

Vous pourriez aimer aussi :

Share This