Sélectionner une page
Le Contre-courant

Un grand projet dédié à la conservation du patrimoine de Varennes

Le conseil municipal est fier d’annoncer qu’un imposant chantier, entièrement dédié à l’histoire et au patrimoine de Varennes, sera mis en branle dès l’an prochain. Il s’agit de l’aménagement du nouveau parc du Patrimoine et de la reconstruction, en ce lieu, de la Maison ancestrale Hébert-Jodoin.

« Voilà un important legs pour les célébrations du 350e anniversaire de Varennes en 2022. Nous avons récemment annoncé des projets d’avenir avec le Centre multifonctionnel et le Polydôme, mais il est essentiel de considérer la richesse de notre histoire et de notre patrimoine dans nos plans pour les générations futures », déclare le maire Martin Damphousse, en remerciant les membres de la Société d’histoire de Varennes et son président Jacques Dalpé pour leur collaboration.

Une partie de l’espace vert situé à l’angle de route 132 et de la rue Sainte-Anne, à proximité de la montée de Picardie, sera complètement transformée et dénommée le parc du Patrimoine en 2022. L’objectif sera de recréer une ambiance d’époque. On pourrait y retrouver, entre autres, un potager d’antan pour la culture provenant de semences ancestrales, un four à pain, un puits et une clôture en perches.

Le point culminant du projet sera l’implantation dans ce parc de la Maison ancestrale Hébert-Jodoin qui deviendra le lieu de mémoire sur l’histoire de Varennes. Des expositions thématiques en lien avec patrimoine varennois y seront organisées et l’endroit deviendra une halte incontournable pour les visiteurs, les randonneurs et les cyclistes empruntant la Route-Verte.

Cette maison ancestrale qui était localisée sur le chemin de la Pointe-aux-pruches daterait de la première partie du XIXe siècle 1815-1825 et aurait près de 200 ans. Elle est constituée d’une très grande charpente en bois, dite à poteaux et coulisses et d’une charpente de toit avec coyaux intégrés ainsi que de deux âtres en pierres. La maison a toujours été habitée par des familles Hébert, la dernière résidente ayant été une demoiselle Antoinette Hébert. En 1976, M. Normand Jodoin acquiert la résidence, mais en laisse l’usufruit à Mme Hébert jusqu’à sa mort. C’est finalement la famille d’Isabelle Jodoin, fille de Normand, qui a été la toute dernière résidente de cette maison.

Dans ses investissements en matière de préservation du patrimoine bâti, la Ville de Varennes a fait l’acquisition de cette propriété dans le but de la revaloriser. Celle-ci a récemment été déconstruite de façon minutieuse et sera reconstruite dans le parc l’an prochain selon les méthodes de construction de l’époque.


Pour ne rien manquer des nouvelles hyperlocales du www.lecontrecourant.com, aimez notre page Facebook et inscrivez-vous au Contre-courriel !

Vous pourriez aimer aussi :

Share This