Sélectionner une page

Le Contre-courant

Contrecœur en voie de devenir une ville nourricière

Dans le cadre du Jour de la terre le 22 avril, la Ville de Contrecœur annonce qu’elle élaborera au cours des prochains mois son premier Plan de développement de communauté nourricière (PDCN). Ce plan lui permettra la réalisation de projets favorisant l’accès à des aliments sains pour ses citoyens ainsi que le développement d’une offre alimentaire locale qui tend vers un modèle plus durable.

Pour la réalisation de ce projet, la Ville a obtenu une subvention de 25 000 $ du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) par l’intermédiaire du Programme d’appui au développement de l’agriculture et de l’agroalimentaire en région.

« L’adoption de notre premier plan d’action en développement durable nous amène à concevoir l’aménagement de notre territoire différemment afin d’en saisir toutes les opportunités qui permettent d’améliorer la qualité de vie de notre population. La réalisation de ce plan de développement de communauté nourricière vient donc appuyer notre volonté d’aller plus loin dans cette démarche d’autonomisation alimentaire. Nous sentons le désir de nos citoyens de faire des efforts environnementaux au quotidien afin de verdir leur milieu de vie. Nous irons assurément encore plus loin durant les prochaines années pour développer une offre alimentaire de proximité dans nos espaces de vie communautaire afin de devenir une ville nourricière et innovante », soutient la mairesse, Mme Maud Allaire.

En collaboration avec l’organisme Vivre en ville, Contrecœur déterminera les grandes orientations de son nouveau plan qui consistera à réaliser un portrait des acteurs, des infrastructures, des activités et des initiatives se rattachant au système alimentaire local, ainsi qu’un diagnostic en concertation avec son milieu.

Les citoyens et les acteurs locaux feront d’ailleurs partie prenante de cette démarche alors qu’ils pourront participer à des consultations publiques. Les participants pourront ainsi échanger des idées avec des membres du milieu et des représentants de la Ville. Le diagnostic réalisé, après les consultations, permettra ensuite de définir des objectifs, une vision commune et des pistes d’intervention.

« Devenir une communauté nourricière, c’est développer collectivement un réseau solide vers une plus grande autonomie et résilience alimentaire, explique Chantal de Montigny, spécialiste en système alimentaire durable et accès à une saine alimentation chez Vivre en Ville. C’est bâtir pour les générations futures et agir dans l’intérêt immédiat de la qualité de vie des citoyens. »

Sur la bonne voie

Dans les dernières années, la Ville de Contrecœur a mis en place divers projets et plusieurs actions afin de répondre aux objectifs de son premier Plan d’action en développement durable, adopté en 2019. Devenir une communauté nourricière fait partie des objectifs établis par la Ville et du comité du Plan de développement durable.

Rappelons que la Ville possède des jardins communautaires sur son territoire, mais elle met également à la disposition des citoyens, lors de la saison estivale, plusieurs produits frais (légumes, fruits et fines herbes) grâce à une dizaine de jardins urbains.

Ils sont installés dans ses parcs municipaux ainsi que le long de la route Marie-Victorin et de la rue Saint-Antoine. Dans le cadre de son premier budget participatif, la Ville a également entamé la création d’une forêt nourricière au parc Amable-Marion.

Diverses actions environnementales sont aussi prévues dans les prochains mois, dont entre autres, la mise en place d’un projet pilote de marché urbain et la poursuite de l’implantation d’un circuit comestible.

« Nous avons déjà commencé à concrétiser plusieurs actions en lien avec l’autonomie nourricière dans le but de favoriser l’accès à des aliments sains pour notre communauté. Depuis les dernières années, les aménagements horticoles contiennent des légumes, des fines herbes et des arbres fruitiers pour permettre l’autocueillette par nos citoyens. Comme rien ne se perd et que tout se crée, le surplus a été redonné à des organismes locaux l’an dernier. C’est notre volonté de continuer ce type de don qui sert notre communauté. Nous voulons avec ce projet de développement durable faire la promotion de saines habitudes de vie, participer à la lutte contre la pauvreté et nous adapter aux changements climatiques. Il est nécessaire pour le conseil municipal de mettre l’alimentation au cœur de ses préoccupations », souligne la mairesse.

De nouvelles actions de la Ville seront annoncées au cours des prochaines semaines afin de souligner le Jour de la terre. Pour de plus amples informations sur nos gestes en lien avec l’environnement, rendez-vous au www.ville.contrecoeur.qc.ca dans la section Services aux citoyens/Environnement.


Pour ne rien manquer des nouvelles hyperlocales du www.lecontrecourant.com, aimez notre page Facebook et inscrivez-vous au Contre-courriel !

Vous pourriez aimer aussi :

Poursuite des démolitions de bâtiments au centre-ville de Varennes

Au cours de la semaine du 18 avril, un entrepreneur débutera les travaux de démolition de propriétés qui ont été acquises par la Ville sur la route Marie-Victorin, soit les bâtiments situés au 2157 (ancien restaurant Varennes pizzeria), au 2155 (ancien magasin Meubles Daviau) et au 2089 (ancien commerce Vitrerie Landry).

lire plus
Share This