Sélectionner une page
cote_final

banniere-marie PUB Web (1)

diableries

black-blanc

Marcel Charron vous raconte
Lancement de la collecte des mémoires collectives en vue des festivités du 350e anniversaire de Contrecœur

Aprovost

Monique Provost, chargée de projet à Culture C, doctorante en ethnologie et patrimoine de l’Université Laval

Denis-Charles Drapeau

Dernièrement, l’organisme Culture C a lancé une invitation aux citoyens de Contrecœur à assister gratuitement à une projection spéciale d’un film au Centre multifonctionnel, le lundi 20 juin à 19 h, mettant en vedette monsieur Marcel Charron. Cette séance de visionnement particulière a pour but de lancer officiellement la collecte des mémoires collectives en vue des festivités du 350e anniversaire de Contrecœur.

« Nous débutons officiellement la collecte d’informations historiques concernant Contrecœur » nous dit Monique Provost, chargée de projet de Culture C. « Deux semaines seulement avant son décès, l’organisme Culture C a eu l’immense privilège de réaliser une entrevue filmée avec avec Marcel Charron », nous indique Gabriel Laprade, directeur général de Culture C. «Nous présentons publiquement son entrevue, car il s’agit d’un bel exemple de ce nous faisons avec le témoignage des gens, mais aussi de quelle façon cela peut nourrir les mémoires de tout le monde. L’entrevue avec Marcel Charron, va assurément éveiller les mémoires des personnes présentes », explique madame Provost.

« En effet, cette entrevue s’inscrit dans une démarche que nous entreprenons actuellement, en vue du 350e anniversaire de notre ville en 2018, afin de collecter des informations à partir de souvenirs et de la mémoire de ceux qui ont vécu le Contrecœur d’autrefois », renchérit monsieur Laprade. 

À l’écoute de ce petit film d’une quarantaine de minutes, on se rend bien compte que monsieur Marcel Charron, citoyen bien connu à Contrecœur, a une mémoire exceptionnelle. Il se remémore avec joie ses quelques années travaillées à l’ancienne usine de chaussures Genfoot située sur la rue Legendre. Il semble se souvenir de tous les noms, des événements et des anecdotes qui s’y rattachent.

L’Industrie de la chaussure à Contrecœur

Un des volets importants de l’histoire de Contrecœur est sans conteste son industrie de la chaussure. En collaboration avec la Corporation des Fêtes du 350e anniversaire de la ville de Contrecœur, l’organisme Culture C commencera dès cet été à travailler à la réalisation d’une exposition virtuelle sur l’industrie de la chaussure à Contrecœur.

Portée par les familles Papin, Charron et Cook, cette industrie a représenté le principal moteur économique de la ville avant l’arrivée des entreprises sidérurgiques vers la fin des années 50. Elle aura été active de 1883 à 2004. À travers des photos, des textes et des vidéos d’entrevues, nous aurons la chance de découvrir la vie à l’intérieur des manufactures et l’adaptation de celles-ci aux réalités du 20e siècle. « Ce qui est spécial avec Contrecœur, c’est que la Genfoot est une des dernières usines du genre à être restée debout lors de l’effondrement du marché de la chaussure au Canada ! », nous relate madame Provost.

Cette exposition devrait se retrouver en ligne au printemps 2017 sur le site du Musée virtuel du Canada. Ce projet s’inscrit dans le cadre du programme d’investissement Histoires de chez nous. Ce programme vise à aider les musées et les organismes patrimoniaux canadiens à collaborer avec leur collectivité à l’élaboration d’expositions virtuelles.

111photo

Employés de l’usine Genfoot, juin 1928

Le Patrimoine immatériel de Contrecœur

C’est dans l’optique d’ancrer historiquement les festivités du 350e que la Corporation en est venue à se joindre à l’organisme Culture C et à solliciter la participation de la communauté afin de recueillir notamment des photos, des objets en lien avec patrimoine historique de Contrecœur. Néanmoins, il ne faut surtout pas négliger ce que l’on appelle le Patrimoine immatériel provenant principalement de témoignages, d’histoires personnelles et familiales. C’est-à-dire, les traditions, les façons de faire, les contes, les légendes, la musique, etc. 

Un appel à tous !

Suite à la projection du film, les spectateurs seront invités à remplir un formulaire et rencontrer des gens de Culture C afin de partager leurs propres histoires et anecdotes. Il est à noter que des représentants de la Corporation des fêtes du 350e seront aussi sur place pour signaler leur intention de concevoir une banque d’archives sur la vie à Contrecœur des années 1900 à 1975.

Donc, c’est un rendez-vous lundi 20 juin à 19 h, au Centre multifonctionnel de Contrecœur, pour tous ceux qui souhaitent prendre part à un bon moment et à la mémoire collective. D’ailleurs, le formulaire en question sera aussi en ligne, sur le site de Culture C. Vous pouvez les contacter par téléphone au 450 587-5750, par courriel à l’adresse info@culturec.net ou via la page Facebook de la Maison Lenoblet-du-Plessis.

Vous avez un communiqué, une annonce, des suggestions de reportages ? Écrivez-nous : redaction@lecontrecourant.com

[sg_popup id=8]
Share This