Sélectionner une page

black-blanc

compositionvirage1

imagesfacebook

Réponse au maire Claude Pothier

En réponse au communiqué de Monsieur Claude Pothier, envoyé aux journalistes et remis par la poste à chaque résidence de notre territoire municipal, en date du 23 septembre 2016.

Linda Normandeau
Saint-Roch-de-Richelieu

À la lecture de ce communiqué émis, et probablement longuement songé par notre maire, il est permis de se demander, si celui-ci a quelque chose sur la conscience pour ressentir le besoin flagrant de se justifier de la sorte. Ou bien, se sent-il l’âme d’un Moïse et a-t’il l’intention de tourner en rond, jusqu’à la fin de son mandat en nous revenant sans cesse sur les mêmes dossiers pour tenter de nous détourner des prochaines décisions en préparation par notre Conseil municipal ?

En revenant sur l’achat du 386, rue Principale, notre maire nous élabore un très beau tableau, tout à fait adapté à la vision qu’il tente de nous vendre afin de faire changer de position tous les citoyens qui sont en désaccord avec cette transaction effectuée selon la parfaite ligne de pensée de notre maire Souverain (tel qu’il s’est autoproclamé avec son Conseil dans l’article parue dans le Journal La Voix en date du 30 août dernier).

Sans être moi-même comptable, un seul coup d’œil au tableau qu’on nous a transmis, me permet de remarquer que nulle part il n’est question des dépenses occasionnées par le contrat d’entretien à 110 $ pour le guichet automatique et qui a été octroyé lors de la tenue d’une séance extraordinaire du Conseil municipal du 12 juillet dernier. Nous payons 110 $ par semaine pour l’entretien de locaux inoccupés ou plutôt occupés par un guichet automatique et un comptoir postal. Bravo au Souverain Conseil !

Merci de prendre note que lors de cette même assemblée extraordinaire, en réponse à mon questionnement, Monsieur Pothier nous a avoué qu’actuellement il n’était nullement question de l’occupation desdits locaux par un médecin, qu’aucun médecin n’était disponible et qu’il ne prévoyait rien dans cet optique d’ici 2018. Donc, il semblerait que nous allons continuer à payer, sans rien obtenir en retour pour l’instant.

De plus, je ne peux m’empêcher de remarquer qu’à mon avis, les chiffres fournis par Monsieur Pothier sont incomplets. En effet, aucune mention concernant les travaux d’améliorations locatives ou autres travaux d’aménagement n’apparaît dans ce tableau. Pourtant il m’est difficile de penser qu’un médecin, ou autre professionnel qui serait prêt à y installer son bureau ferait un examen a un patient dans un bureau délimité par des murs de verre ! Ou encore examinerait un patient sur un comptoir ! Quand Monsieur Pothier nous parle de transparence, il devrait peut-être inclure dans sa ligne de pensée, la communication complète….

Pour ma part, je trouve choquant, que dans toutes les communications transmises à ce jour par nos élus concernant le dossier d’achat du 386, rue Principale, certaines informations n’ont jamais été dites.

Personnellement, et je n’implique personne d’autre dans cette demande, j’aimerais que Monsieur le maire, Claude Pothier, explique publiquement à la population pourquoi malgré ses nombreuses années à titre de président du Conseil d’administration de la Caisse populaire Riviera (maintenant fusionnée Pierre-de-Saurel) et malgré le fait qu’il en soit encore membre administrateur, dans le procès-verbal du mois de juin 2016, il est textuellement indiqué :

‘’ M. Claude Pothier a informé les membres du Conseil, après les délibérations, que compte tenu de ses intérêts dans le sujet abordé, il n’avait pas participé aux discussions, ni aux décisions relatives audit sujet’’.

Il me semble, personnellement, qu’en pareille circonstances, les membres du Conseil municipal auraient dû être informés avant les délibérations et que Monsieur Pothier aurait peut-être dû se retirer de la salle pendant les délibérations.

De plus, à titre de Maire et plus haut dirigeant de notre municipalité, peut-il nous expliquer comment se fait-il que son conseiller, Monsieur Gilbert Laroche, soit conseiller au Conseil de surveillance de la Caisse Pierre-de-Saurel, et que ce dernier n’a fait aucune déclaration d’intérêt lorsqu’il a lui-même proposé l’achat dudit bâtiment en avril dernier, ni lorsqu’il a appuyé la proposition d’achat en juin dernier.

J’aimerais également qu’on m’explique pourquoi, et comment se fait-il QU’AUCUN DES CINQ AUTRES CONSEILLERS N’ONT RÉAGIT À CE FAIT ! Ils ne peuvent décemment pas ignorer ces implications dans l’administration des conseils de la Caisse populaire Pierre-de-Saurel.

En terminant ce sujet, Monsieur Pothier peut-il nous expliquer pourquoi il a balayé du revers de la main, les 95 signatures récoltées de façon spontanée sans aucune publicité, et demandant une consultation publique pour l’achat de ce bâtiment, que nous avons déposées à la réunion du Conseil le 16 août dernier, et le fait que notre Conseil municipal a finalisé cet achat le 29 août dernier.

Concernant la division de notre territoire en six districts électoraux, je n’ai ni l’envie ni le désir de m’attarder sur ce sujet, puisque lors de la dernière séance de notre Conseil municipal, Monsieur Pothier a tellement bafouillé en répondant à ma question à ce sujet, que j’ai de la difficulté à croire qu’il a lui-même écrit ce communiqué…

Pour ma part, je n’adhère a aucun de ces arguments et les trouves inutile et sans aucun fondement.

Pour ce qui est de notre fabuleux terrain de pétanque, suite à la lecture du communiqué de Monsieur Pothier et en comparaison avec les copies de factures reçues, en réponse à ma demande d’accès à l’information, dans laquelle j’ai demandé à recevoir copies des factures reliées à la mise en place de ce terrain de pétanque et dont je trouve le prix pour le moins ridicule. Après avoir calculé les copies de factures reçues pour la mise en place de ce terrain, j’en arrive au total de 51 810.52 $ (merci de prendre note qu’aucun montant de salaires de nos journaliers n’est inclus dans cette somme). Alors que Monsieur Pothier tente de nous faire valoir un montant total de 49 284.00 $. Considérant cette différence dans les montants, je comprends parfaitement bien pourquoi la majorité de nos citoyens sont inquiets face à l’administration municipale actuellement en place.

Il nous mentionne un montant de subvention de pacte rural de 36 754.00 $ Alors que selon la résolution numéro 2015-09-327 on nous dit textuellement : ‘’ Considérant qu’une subvention maximale de 29 008.57 $ a été octroyée et sera versée à la municipalité…’’

En effet, selon le procès-verbal du mois de mars, on nous mentionnait que la Municipalité avait ajouté un montant de 7 746.14 $ via leur enveloppe Pacte rural, ce qui, selon ma compréhension peut vouloir dire que ce montant aurait pu être utilisé ailleurs, selon des priorités plus urgentes qu’un terrain de pétanque à 51 810.52 $.

De plus, comment notre Conseil municipal a-t-il pu accepter que nous payons un montant de 8 112.64 $ pour les services d’un architecte dont le bureau est situé à l’Assomption pour faire des esquisses d’un supposé toit, qui ne verra jamais le jour, sur ledit terrain de pétanque.

En terminant, quand notre maire mentionne que le Conseil municipal prévoit revoir sa politique de prêt de la salle communautaire, ce qu’il veut probablement dire, dans toute sa transparence, c’est que le Conseil prévoit réécrire cette politique dans le but de s’assurer qu’aucun groupe n’étant pas d’accord avec leur décisions ne pourra jamais se réunir sans devoir en payer le coût de location, ce qui élève le niveau de difficulté pour se rencontrer entre concitoyens.

Je prévois faire une nouvelle rencontre citoyenne au mois d’octobre. Par contre, pour ma part, j’ai déjà un bon montant d’argent d’investi dans nos dossiers municipaux. Autant en paiement de photocopies qu’en paiement pour avoir accès aux documents faisant partis de mes nombreuses demandes d’accès à l’information. C’est pourquoi je prévois demander aux résidents de notre municipalité qui sont intéressés à participer à une rencontre citoyenne de me confirmer s’ils sont prêts à investir quelques dollars chacun, afin de contribuer au paiement du coût de location de la salle Chapdelaine.

Ceux et celles qui sont intéressés à y participer n’ont qu’à me contacter,

Meilleures salutations à tous, et rendez-vous mardi, le 4 octobre à 19h30 pour notre prochaine séance du Conseil municipal.

Linda Normandeau
l.normandeau@videotron.ca
(450) 561-3569 (messages textes acceptés)

cote_final


Pour ne rien manquer des nouvelles hyperlocales du www.lecontrecourant.com, aimez notre page Facebook et inscrivez-vous au Contre-courriel !

courrier

Le Contre-courant.com est VOTRE média hyperlocal indépendant ! Vous avez des choses à dire à vos concitoyens ? Une annonce à diffuser ? N’hésitez pas à nous contacter !

redaction@lecontrecourant.com
facebook : @lecontrecourant.com
514 -702 – 1976

[sg_popup id=14]
Share This