Sélectionner une page
Le Contre-courant
17035507__banniere-web_500x150_final

Un projet de loi pour améliorer la qualité de vie des proches aidants

Pour améliorer la qualité de vie de milliers de Québécois qui font le choix courageux d’être proches aidants, monsieur Marc Picard, député de Chutes-de-la-Chaudière et porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière de travail, a déposé mercredi le projet de loi 796 à l’Assemblée nationale.

Chaudement appuyé par le Regroupement des aidants naturels du Québec, le projet constitue, selon le député local Simon Jolin-Barrette, une avancée majeure pour les travailleurs qui prennent soin d’un proche et qui peinent à composer avec un horaire de travail rigide. « Le projet de mon collègue comporte quatre mesures. D’abord, on veut permettre à tout proche aidant de prendre 10 journées de congé par année, sans solde, pour fournir des soins ou du soutien à un proche. On veut aussi permettre le fractionnement de ce congé, en demi-journées ou en heures », explique le député de la circonscription. « On veut aussi faire passer de 12 à 17 semaines la période pour laquelle un employé qui agit comme proche aidant peut s’absenter quand il s’agit d’une maladie ou d’une blessure grave, poursuit-il. Enfin, si cette maladie ou cette blessure comporte un risque de décès important, l’absence de l’employé peut être étirée à 28 semaines. »
.

On estime qu’au Québec, 1,2 million de personnes agissent comme proche aidant et que 60% d’entre eux sont sur le marché du travail. « Plusieurs sont heureux de faire leur part. Reste que de jongler entre la réalité et un horaire bien fixe, c’est parfois difficile. En modifiant la Loi sur les normes du travail, ce projet de la Coalition Avenir Québec vient offrir un peu de souplesse pour les personnes dans cette situation. »

.
cote_final
.


Pour ne rien manquer des nouvelles hyperlocales du www.lecontrecourant.com, aimez notre page Facebook et inscrivez-vous au Contre-courriel !

Vous pourriez aimer aussi :

Share This