Sélectionner une page

Le Contre-courant

Ville de Contrecoeur
Faits saillants sur le rapport financier consolidé 2017

La mairesse de Contrecoeur, Mme Maud Allaire, a rendu public les faits saillants du rapport financier annuel de la ville. Nous reproduisons ici sa communication.

Conformément à la loi 122 de la Loi sur les cités et villes, j’ai le plaisir de vous faire un bref rapport sur la situation financière de la Ville de Contrecœur au 31 décembre 2017. Ce document doit traiter des faits saillants du rapport financier et des faits saillants du rapport du vérificateur externe.

Rapport de l’auditeur indépendant

L’audit des livres de la Ville de Contrecœur a été effectué par la firme M.B.B.A., comptables agréés. Cette firme a procédé à l’audit des états financiers consolidés de la Ville de Contrecœur et des organismes sous son contrôle au 31 décembre 2017 qui comprennent l’état consolidé de la situation financière, l’état consolidé des résultats, l’état consolidé de la dette nette et des flux de trésorerie de l’exercice terminé à cette date.

De l’avis des auditeurs, les états financiers consolidés donnent, dans tous leurs aspects significatifs, une image fidèle de la situation financière de la Ville de Contrecœur et des organismes sous son contrôle au 31 décembre 2017, ainsi que des résultats de ses activités, de la dette nette et de ses flux de trésorerie pour l’exercice terminé à cette date, et ce, conformément aux normes comptables canadiennes pour le secteur public.

Rapport financier 2017

Le rapport financier 2017 a été déposé au conseil municipal, le 1er mai 2018. Il est important de rappeler que l’exercice financier non consolidé 2017 démontre un excédent de 1 174 605 $ sur des prévisions budgétaires de 13 825 953 $.

La croissance du développement résidentiel soutenue par les jeunes familles recherchant une première résidence abordable a généré des revenus de taxes foncières et droits sur les mutations mobilières plus élevés de 441 000 $.

Le nouvel organisme de transport collectif ARTM (Autorité Régionale de Transport Métropolitain) a intégré dans ses activités le CIT de Sorel-Varennes (Conseil Intermunicipal de Transport). Le dossier de poursuite de la Québécoise a été réglé avantageusement (pour l’ensemble des villes desservies par le CIT ?) avant l’intégration au nouvel organisme ce qui a permis la redistribution des surplus. Pour Contrecœur, un montant net de 208 000 $ s’est dégagé de cette opération.

Le reclassement des immobilisations a (été) engendré par une affectation au surplus de 322 000 $.

Au chapitre des dépenses, notons que des économies de 175 000 $ ont été réalisées en raison de la réorganisation de certains services. Cet exercice aura permis à des employés de pouvoir progresser au sein de notre organisation, maintenir nos acquis et bonifier les services dispensés à la population.

Quote-part

Les dépenses de quote-part pour la Ville se chiffrent à 24 % des dépenses de fonctionnement non consolidées 2017. Les organismes auxquels la Ville verse des quotes-parts sont principalement la Régie intermunicipale de police Richelieu Saint- Laurent, l’Autorité régionale de transport métropolitain, la Communauté métropolitaine de Montréal et la MRC de Marguerite-D’Youville.

Dette

Au 31 décembre 2017, la dette à long terme de l’administration municipale se chiffre à 22 060 645 $, la portion touchant l’ensemble de la population a progressé de 2,8 %. La dette par habitant se chiffre donc à 2 738 $.

Immobilisations

Les investissements en immobilisations de la Ville se sont élevés à 5,2 millions $. La modification de la sortie de la bretelle 119 a été un projet important. Les dépenses ont totalisé 1,2 million $. La nouvelle bretelle permet un accès supplémentaire au secteur de l’école des Cœurs-Vaillants, au parc Antoine-Pécaudy et aux nouveaux quartiers résidentiels.

La Ville a déménagé son garage municipal en faisant l’acquisition d’un nouveau bâtiment sur la rue Saint-Antoine, tout juste à côté d’un terrain lui appartenant. Ainsi, les travaux publics disposent maintenant du double de superficie et la nouvelle localisation du garage permet l’optimisation des déplacements des cols bleus. Il est important également de mettre en perspective que des économies de loyer rentabilisent l’investissement sur une période de sept ans.

Les réfections des rues des Ormes (436 000 $) et Lacroix (816 000 $) s’inscrivent dans le plan d’intervention en infrastructure routière locale dressé par les travaux publics. Ce plan est appuyé par le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports afin de cibler les interventions les plus appropriées à effectuer sur le territoire.

Le parc Cartier-Richard s’est refait une beauté avec un investissement de 567 000 $. Les utilisateurs de ce parc bénéficient d’une magnifique fenêtre sur le fleuve. En effet, une promenade, du mobilier, un foyer ainsi que de l’éclairage ont été mis en place.

Afin de poursuivre l’optique de l’amélioration du bilan annuel de la qualité de l’eau potable du gouvernement, des investissements ont été faits à l’usine de filtration, soit l’achat d’une génératrice, une étude sur le nouveau réservoir d’eau potable, l’achat d’un variateur de vitesse et le remplacement de certains automates. Ces investissements totalisent 465 000 $.

La Ville a aussi procédé au renouvellement de sa flotte de véhicules en remplaçant 3 véhicules qui étaient désuets et qui engendraient des frais d’entretien et de réparation élevés. Un véhicule supplémentaire a été acheté sous le format fourgonnette. De plus, un véhicule électrique a été acquis afin de faire les travaux dans les parcs. Ce véhicule 100 % électrique permet d’épargner en essence, mais surtout de se soucier de l’environnement. Finalement, une excavatrice a été achetée servant à la plantation d’arbres, à la réfection de trottoirs, au déneigement de bornes d’incendie et autres. Les dépenses pour ces véhicules se soldent à 324 000 $.

Perspectives

En décembre dernier, nous avons adopté le programme triennal des dépenses en immobilisations (PTI) qui se chiffre, pour les années 2018 à 2020, à 57 248 900 $ et qui comprend des emprunts de 44 724 000 $. Environ 30 M$ sont en relation avec le développement du Port de Montréal, du pôle logistique et de la zone industrialo-portuaire Contrecœur-Varennes. Nous travaillons actuellement avec les paliers supérieurs des gouvernements afin de trouver des solutions de financement innovantes pour la construction des infrastructures qui n’affecteront pas le compte de taxes des citoyens.

Dans un temps plus rapproché, nous devrons investir dans la capacité de notre usine de traitement des eaux usées et de notre usine de traitement de l’eau potable. Des projets de cette envergure sont normalement admissibles à des programmes de subvention. L’annonce de ces programmes tarde à venir et pourrait engendrer des impacts significatifs sur les tarifs associés à ces infrastructures. Ces investissements sont nécessaires pour permettre la croissance commerciale tant attendue. Ces entrées fiscales pourront alors réduire les tarifs.

Le surplus non affecté au 31 décembre 2017 se situe à 4 129 508 $. Le conseil municipal affectera les montants suivants à diverses réserves soit :

  • 200 000 $ dans la réserve au transport collectif qui change de nom pour la réserve pour la mobilité durable et qui affiche un montant de 418 097 $. Les sommes ainsi réservées permettent d’atténuer les augmentations de quote-part de la nouvelle ARTM et serviront pour la construction d’un futur stationnement incitatif.
  • 150 000 $ pour la réserve foncière. Cette dernière a été mise en place afin de procéder à l’acquisition de propriétés stratégiques. La réserve se situera à 300 000 $.
  • 122 000 $ pour la réserve pour la biométhanisation. Cette réserve permet d’atténuer les augmentations de tarif à la suite de la mise en place des nouveaux services.
  • 200 000 $ pour la création d’un fonds de développement durable

Le surplus non affecté sera de 3 457 508 $ après cet exercice de réaffectation. Cette marge de manœuvre nous apparaît raisonnable dans un contexte de croissance accéléré ou les imprévus sont souvent présents.

Notre engagement envers l’environnement demeure une des priorités du conseil municipal. En effet, nous disposons de 170 000 $ dans notre Fonds de l’arbre. Ce fonds sert à reboiser les secteurs Faubourg du Majestueux, Boisé Pécaudy et les Sentiers boisés de Contrecœur. D’autres initiatives ont été entreprises par la Ville pour concrétiser cet engagement. Notamment, la distribution d’arbres qui a remporté un vif succès auprès de la population et qui s’est réalisée avec la participation de 15 000 $ du Port de Montréal. D’autres subventions ont été octroyées à la Ville, soit 25 000 $ du CN et Arbres Canada pour un projet d’aménagement d’une zone tampon, située le long de la voie ferrée dans le secteur des Faubourgs du Majestueux.

La Ville de Contrecœur jouit d’un cadre financier privilégié. En effet, nous pouvons compter sur l’apport de citoyens corporatifs, tant du point de vue fiscal que social, qui nous permettent d’avoir des infrastructures importantes pour une municipalité de notre taille. Le développement de la zone industrialo-portuaire nous procurera des retombées économiques importantes qui enrichiront notre communauté.

Maud Allaire
Mairesse de la Ville de Contrecœur

cote_final

.

 


Pour ne rien manquer des nouvelles hyperlocales du www.lecontrecourant.com, aimez notre page Facebook et inscrivez-vous au Contre-courriel !

Vous pourriez aimer aussi :

Share This