Sélectionner une page
diableries
xavierfinal
cote_final
bergeronretouche
black-blanc

Rainette faux-grillon
Aucun projet menacé, selon le directeur général de la ville de Contrecoeur

rainette
(Source photo: Image tirée de la capsule vidéo : Rainette faux-grillon du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec, réalisé par Les Films EP)

Denis-Charles Drapeau

La plupart d’entre vous savent que dernièrement la ville de Contrecoeur s’est retrouvée sur la sellette à la suite du décret d’urgence adopté par le gouvernement fédéral.

Ce dernier vise à freiner le développement du projet Symbiocité à La Prairie, afin de protéger la rainette faux-grillon de l’Ouest, une espèce désignée comme vulnérable au Québec et qui se retrouve sur la liste des espèces en péril au Canada. En effet, certains médias nationaux ont soulevé le fait que cela pourrait compromettre plusieurs autres projets de développement comme le Port de Montréal à Contrecœur et le Pôle logistique, près de la montée Lapierre.

Selon le directeur général de ville de Contrecœur, M. François Handfield, il n’y a rien d’inquiétant. « Vous savez, l’ensemble des villes qui ont sur leurs territoires des rainettes faux-grillon en Montérégie, le savent. Ce n’est donc pas une nouvelle et chaque fois qu’il y a des projets de développements, nous sommes obligés de produire un inventaire de la faune et de la flore, réalisé par des biologistes », nous dit M. Handfield.

Une petite zone

Loin de l’idée de banaliser le débat, pour la ville de Contrecœur, ce n’est pas un enjeu majeur à l’heure actuelle. De plus, cela fait déjà près d’une dizaine d’années que l’on connaît l’existence de ces rainettes. Il semble que la zone, où l’on a dénombré une vingtaine de rainettes faux-grillon, se situe entre l’autoroute et la voie ferrée.

Le Port de Montréal

Selon M. Handfield, pour imposer un décret, il faut enclencher un processus de projet qui toucherait précisément cette zone. « Dans le cas du Port de Montréal, leur projet va être loin de la zone de la rainette, car il est localisé entre la route Marie-Victorin et le Fleuve. Donc, ils sont suffisamment loin pour ne pas perturber son habitat. Autrement dit, pour avoir discuté personnellement avec eux, les projets du Port ne sont pas menacés du tout !»

pubdesAA80fin1

Le Pôle logistique

Le projet de développement économique qui risque éventuellement d’être touché en partie est le futur Pôle logistique. Pour l’instant, l’habitat de la rainette ne cause pas de problème, car aucun projet de développement n’a été déposé pour cette zone selon le directeur général de la Ville. « Évidemment, nous tenterons le plus possible de l’éviter, sinon on pourrait avoir une mesure de compensation. Ce que les chercheurs nous disent, c’est que l’on serait peut-être en mesure de les déplacer dans des habitats compensés », précise M. Handfield.

Un habitat compensé

Selon un document du Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, les mesures de compensation existent dans le but de rétablir les fonctions d’un milieu humide préalablement existant ou de la partie dégradée d’un milieu humide fonctionnel. Cela dans le but d’entreprendre ou d’accélérer le rétablissement d’un écosystème. « Par exemple, nous pourrions recréer un habitat approprié pour ces rainettes dans un autre secteur, avec un marais et un aménagement paysagé autour. Par contre, pour l’instant, on n’est pas rendu là ! », rajoute M. Handfield.

La Cité 3000

La ville de Contrecœur tient à préciser que le projet de la Cité 3000 et les divers projets domiciliaires, ainsi que tout autre projet de développement, ne contiennent aucune rainette faux-grillon, ni aucune espèce en péril. « Car on ne peut pas faire des projets aujourd’hui sans faire des inventaires rigoureux et suivre les recommandations du gouvernement », de conclure le directeur général de la Ville.

fn

 

banniere-marie PUB Web (1)

 

[sg_popup id=8]
Share This