Sélectionner une page
Le Contre-courant

La Banque de l’infrastructure du Canada investit 300 millions de dollars dans le projet d’expansion du Port de Montréal à Contrecœur

La Banque de l’infrastructure du Canada a annoncé qu’elle s’engage à financer jusqu’à 300 millions de dollars le projet du Port de Montréal, qui prévoit la construction d’un nouveau terminal à conteneurs à Contrecœur.
.

Le financement de la Banque de l’infrastructure du Canada (BIC) est un appui de taille en faveur de l’expansion du plus important port dans l’Est du Canada, qui doit étendre ses activités pour continuer de pleinement participer à la croissance économique nationale. Ce projet va permettre au port de répondre aux besoins du marché dans les décennies à venir.

« Cet engagement financier démontre comment la BIC collabore avec les secteurs public et privé pour réaliser des projets qui appuient la croissance économique. L’expansion à Contrecœur va permettre d’accroître et de diversifier nos échanges commerciaux internationaux. Compte tenu du rôle central du port dans l’économie canadienne, cette création de richesse va avoir un impact sur l’ensemble du pays», a fait valoir Pierre Lavallée, président-directeur général de la BIC.

Dans le cadre d’une conférence de presse conjointe avec le Port de Montréal, M. Lavallée a aussi mis de l’avant le caractère écoresponsable du projet de Contrecœur. « La BIC est impliquée dans sept projets dans divers secteurs et dans différents endroits du pays. Ces projets comprennent tous de potentiels bénéfices verts. Sans le terminal à Contrecœur, les navires devraient se rendre dans des ports américains, ce qui augmenterait les émissions de GES et de polluants atmosphériques», a-t-il indiqué.

Avantage concurrentiel

L’appui de la BIC va permettre au Port de Montréal d’accroître sa capacité de manutention des conteneurs. « Nous consoliderons notre compétitivité, ce qui renforcera le rôle de Montréal comme plaque tournante du commerce maritime dans l’Est du Canada. Cela soutiendra la prospérité économique nationale par la création d’emplois et le développement de la chaîne logistique », a souligné la présidente-directrice générale du Port de Montréal, Sylvie Vachon.

Cette annonce fait suite à la signature d’un protocole d’entente entre la BIC et le Port de Montréal en août dernier. Depuis, les deux organisations collaborent pour développer le projet de Contrecœur, notamment sa structure financière. « Le mandat de la BIC étant d’attirer des investissements privés dans des projets d’intérêt public, cet appui valide l’importance nationale de notre projet et la solidité de sa structure », a ajouté Mme Vachon.

Étape déterminante

L’engagement financier de la BIC est une étape décisive dans le développement du projet de Contrecœur. Il permet au Port de Montréal de poursuivre ses démarches, en collaboration avec le secteur privé, afin de compléter le montage financier du projet en mettant de l’avant qu’il bénéficie d’un solide engagement financier de 300 millions de dollars de la BIC.

L’engagement financier de la BIC est une mise à disposition de capital à long terme pour faire le pont entre les périodes de construction, de croissance des revenus et l’atteinte de la rentabilité du terminal à conteneurs.

Le financement de la BIC est une reconnaissance du caractère transformateur du projet de terminal à Contrecœur. Cet engagement illustre aussi l’intérêt que suscite le projet auprès des acteurs du marché ainsi que son potentiel pour attirer des investisseurs privés.

Appuis

L’annonce d’engagement financier de la BIC a reçu l’appui de la ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, Catherine McKenna. « Le Canada doit utiliser tous les outils dont il dispose pour financer les infrastructures transformatrices qui soutiennent une croissance économique durable. La Banque de l’infrastructure du Canada possède l’expertise et les ressources financières nécessaires pour aider à unir le pays derrière des projets qui profitent aux Canadiens en renforçant notre économie nationale », a-t-elle indiqué.

Pour sa part, le ministre des Transports Marc Garneau a rappelé que « le projet de Contrecœur est central pour le développement de l’industrie logistique et le positionnement de Montréal comme porte d’entrée du marché nord-américain. Investir dans nos infrastructures commerciales clefs est essentiel à la croissance de notre économie et à la création de bons emplois pour les Canadiens ».


Pour ne rien manquer des nouvelles hyperlocales du www.lecontrecourant.com, aimez notre page Facebook et inscrivez-vous au Contre-courriel !

Vous pourriez aimer aussi :

Share This