Sélectionner une page

Le Contre-courant

7e anniversaire de la tragédie de Lac-Mégantic
Le Bloc Québécois demande des actions immédiates de la part de Marc Garneau concernant l’état des rails

En ce jour du 7e anniversaire de la tragédie de Lac-Mégantic, le porte-parole du Bloc Québécois en matière de Transport, d’Infrastructures et de Collectivités et député de Pierre-Boucher-Les Patriotes-Verchères, Xavier Barsalou-Duval, dénonce l’entretien déficient des rails de la Central Maine & Quebec Railway (CMQR), filiale du Canadien Pacifique (CP), et demande des actions immédiates de la part du ministre Marc Garneau.

« Manifestement, la filiale du CP ne fait même pas le minimum nécessaire pour entretenir ses rails. La preuve est que sept ans après la tragédie de Lac-Mégantic, on continue de voir des déraillements fréquents sur les voies ferrées de l’ancienne MMA. Les employés de la CMQR ont beau tirer la sonnette d’alarme, la direction fait la sourde oreille et ne bouge pas. C’est une situation absolument intenable », dénonce Xavier Barsalou-Duval.

Le député du Bloc Québécois interpelle donc le ministre Garneau afin qu’il intervienne immédiatement pour remédier à la situation. Rappelons qu’un avis de Transport Canada remis à la compagnie en mai 2019 dévoilait, entre autres, que depuis 2015 jamais le nombre de rails défectueux n’avait été aussi élevé.

« Marc Garneau, qui est au courant du dossier depuis longtemps, persiste à répéter qu’il comprend l’inquiétude des gens, mais il n’agit pas. Les mots ne suffisent plus, il est temps de passer à l’action. En 2019 seulement, le CP a fait 2,4 G$ de profits. Ils ont les moyens de payer. La complaisance du ministre à l’égard de l’industrie ferroviaire et du CP doit cesser », réclame le porte-parole du Bloc Québécois en matière de Transport.

Le député termine en s’adressant directement au ministre des Transports libéral.

« Monsieur Garneau, il est plus que temps de mettre fin à la tolérance institutionnelle de votre ministère à l’égard de la négligence des compagnies ferroviaires qui sont prêtes à toutes les économies de bouts de chandelles pour maximiser leurs profits. Ce laisser-aller a déjà causé suffisamment de morts comme ça. La sécurité de la population doit être prioritaire même lorsque l’industrie exerce des pressions », conclut Xavier Barsalou-Duval.


Pour ne rien manquer des nouvelles hyperlocales du www.lecontrecourant.com, aimez notre page Facebook et inscrivez-vous au Contre-courriel !

Vous pourriez aimer aussi :

Share This