Sélectionner une page

Le Contre-courant

Expansion du port de Montréal à Contrecoeur : un soutien prématuré et préoccupant

Communiqué – Le Centre québécois du droit de l’environnement (CQDE) et la Société pour la nature et les parcs (SNAP Québec) expriment leur inquiétude face à l’annonce du gouvernement du Québec de financer la construction d’un nouveau port industriel à Contrecoeur à hauteur de 55 millions de dollars, alors que le projet, en l’état, est encore en cours d’évaluation et impacterait l’habitat essentiel du chevalier cuivré, espèce en voie de disparition.

« Il est inquiétant de voir des décideurs politiques soutenir financièrement un projet dont l’évaluation environnementale n’est pas encore finalisée et qui se trouve concerné par une poursuite afin d’assurer le respect de nos lois en vigueur. Cela vient miner la crédibilité des processus d’évaluation environnementale et envoie un très mauvais signal pour la protection des espèces en péril, alors qu’elle devrait être une priorité du gouvernement », affirment les deux organisations.

En l’état, le projet d’agrandissement du port à Contrecoeur entraînerait la destruction d’éléments de l’habitat essentiel du chevalier cuivré, espèce unique à la région de Montréal et inscrite comme espèce en voie de disparition à la Loi sur les espèces en péril (LEP).

Cette annonce du gouvernement du Québec est d’autant plus inquiétante qu’elle survient quelques heures après que le gouvernement fédéral ait réitéré son intention d’adopter un arrêté ministériel visant à protéger l’habitat essentiel de l’espèce, huit ans après son obligation de le faire. En fonction des développements dans ce dossier, les deux organisations n’excluent pas d’autres recours juridiques qui permettrait d’assurer la protection des espèces en péril.


Pour ne rien manquer des nouvelles hyperlocales du www.lecontrecourant.com, aimez notre page Facebook et inscrivez-vous au Contre-courriel !

Vous pourriez aimer aussi :

Share This