Projet de loi 1
Les services de garde, un levier sous-estimé contre la pénurie de main-d’œuvre

Communiqué – Alors que les consultations publiques du projet de loi n° 1 se terminent, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et la Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud (CCIRS) demandent au ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, d’inclure les entreprises dans son plan d’action pour la création de nouveaux services de garde éducatifs à l’enfance en milieu de travail.

Selon un nouveau sondage mené auprès des membres de la FCCQ, 33 % des entreprises québécoises désirent pouvoir offrir un service de garderie en milieu de travail. Cependant, certains obstacles nuisent à la réalisation de tels projets, dont le fardeau bureaucratique et les délais administratifs. Afin d’éliminer les barrières à la création de services de garde dans les lieux d’emploi, la FCCQ et la Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud (CCIRS) recommandent différentes pistes de solutions qui sont présentées dans un nouveau mémoire disponible ici.

Un potentiel à développer

Le coup de sonde réalisé en lien avec ce mémoire a mis en évidence les besoins et les attentes des entreprises afin de permettre la création de places en garderie en milieu de travail. Pour 47 % des entreprises, l’une des solutions recommandées est de simplifier les procédures pour le regroupement d’entreprises ou encore la création d’OBNL partenaires des entreprises qui seraient responsables du service de garde à l’enfance.

« Malgré le fait que l’écosystème entrepreneurial du Québec est constitué majoritairement de PME, un nombre important d’entreprises désirent pouvoir offrir un service de garde à l’enfance à leurs employés. Ces compagnies sont cependant conscientes qu’elles ne pourront réaliser un tel projet seules. Afin de faciliter la collaboration, il sera essentiel d’alléger les procédures de regroupement d’entreprises pour permettre l’offre de service de garde en milieu de travail », a déclaré Charles Milliard, président-directeur général de la FCCQ.

« Les services de garde en milieu de travail constituent une formule gagnant-gagnant. En effet, l’employeur s’assure d’un meilleur taux d’employés présents au travail puisqu’il y aurait moins d’aléas et d’imprévus vécus par ces derniers (ex. : gardienne malade). Entre autres, l’employé passe moins de temps sur la route, est moins stressé et vit moins de problèmes de santé qui découlent de ce stress. Sachant qu’en 2021, miser sur une culture d’entreprise positive permet la rétention des employés à l’emploi, un service de garde en milieu de travail ne peut qu’améliorer la motivation et le moral de l’équipe. » ajoute Alain Chevrier, président de la CCIRS.

Les délais gouvernementaux demeurent trop longs pour les entreprises

Pour 46 % des entreprises, il est essentiel d’alléger la bureaucratie ainsi que de réduire les délais administratifs associés à la création de nouvelles places en services de garde. Actuellement évalués à 36 mois, les délais pour les constructions de service de garde demeurent beaucoup trop longs. Bien que le gouvernement prévoit une réduction de ces analyses afin d’atteindre une période de 24 mois, les délais demeurent beaucoup trop importants et peuvent dissuader les entreprises d’offrir un service de garde à l’enfance en milieu de travail ou en collaboration avec un OBNL.

« Afin de promouvoir la création de service de garde sur lieux de travail, nous croyons que le gouvernement devra revoir l’ensemble des autorisations nécessaires pour la construction des installations et que celles-ci ne devraient pas dépasser 18 mois. Cela permettrait de limiter le fardeau bureaucratique et ultimement, de faciliter l’implication des entreprises dans ce grand chantier », a poursuivi M. Milliard.

Pour le Québec, l’accès à des services de garde représente un outil puissant pour notre économie. Les entreprises désirent à présent contribuer au développement de place en garderie et demandent au gouvernement de les inclure dans leurs réflexions.

À propos de la Chambre de commerce et d’industrie de la Rive-Sud

La CCIRS est l’un des plus importants regroupements d’affaires au Québec. Forte d’un nombre de membres important, soit près de 1130 personnes d’affaires, professionnels, entrepreneurs et intrapreneurs de tous les secteurs, la CCIRS contribue de façon représentative à la communauté d’affaires de la Rive-Sud. Grâce à sa portée régionale, elle est en mesure de mieux défendre les intérêts de ses membres et agit concrètement, avec ses partenaires, à la croissance économique du territoire. La CCIRS est affiliée à la Fédération des Chambres de commerce du Québec (FCCQ).

À propos de la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ)

Grâce à son vaste réseau de 130 chambres de commerce et 1 100 membres corporatifs, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) représente plus de 50 000 entreprises exerçant leurs activitésdans tous les secteurs del’économie et sur l’ensemble du territoire québécois. Plus important réseau de gens d’affaires et d’entreprises du Québec, la FCCQ est à la fois une fédération de chambres de commerce et une chambre de commerce provinciale. Ses membres, qu’ils soient chambres ou entreprises, poursuivent tous le même but : favoriser un environnement d’affaires innovant et concurrentiel.

 

 


Pour ne rien manquer des nouvelles hyperlocales du www.lecontrecourant.com, aimez notre page Facebook et inscrivez-vous au Contre-courriel !

Vous pourriez aimer aussi :

Varennes renouvelle ses deux tableaux d’affichage électronique

Varennes renouvelle ses deux tableaux d’affichage électronique

La Ville de Varennes a procédé à la modernisation de ses équipements numériques extérieurs avec l’installation de deux nouveaux tableaux d’affichage électronique aux intersections de la rue Jules-Phaneuf et du chemin du Petit-Bois ainsi que de la route 132 et de la rue de l’Aqueduc.

lire plus
L’Omnium de golf Source Bleue 2022 rapporte 249750$

L’Omnium de golf Source Bleue 2022 rapporte 249750$

L’édition 2022 de l’Omnium de golf Source Bleue, présentée par la Banque Nationale, fut un réel succès avec un résultat net de 249 750 $. Les participants ont vécu une journée des plus mémorables le 12 septembre dernier au Vallée du Richelieu le Club, beau temps et plaisir étaient au rendez-vous.

lire plus
Share This