8,3% pour la Montérégie
Hausse des investissements prévus dans 16 régions administratives du Québec en 2022

Les dépenses en immobilisations corporelles non résidentielles prévues pour 2022 devraient être en hausse dans 16 des 17 régions administratives du Québec par rapport à 2021. C’est ce qui ressort, entre autres, du bulletin Investissements privés et publics, Québec et ses régions diffusé aujourd’hui par l’Institut de la statistique du Québec.

Fortes hausses anticipées dans plusieurs régions du Québec

En 2022, sept régions administratives afficheraient des taux de croissance annuels supérieurs à celui de l’ensemble du Québec pour ce qui est de leurs dépenses en immobilisations corporelles non résidentielles : le Nord-du-Québec (+ 38,4 %), la Chaudière-Appalaches (+ 26,2 %), la Capitale-Nationale (+ 22,4 %), l’Estrie (+ 19,3 %), l’Outaouais (+ 14,7 %), l’Abitibi-Témiscamingue (+ 12,7 %) et le Centre-du-Québec (+ 12,2 %).

Hausse des investissements étrangers et canadiens

Au Québec, les entreprises privées contrôlées majoritairement par des intérêts étrangers prévoient des dépenses en immobilisations corporelles non résidentielles de près de 5,0 G$ en 2022, soit une hausse de 3,2 % par rapport à 2021. Cette croissance proviendrait notamment des régions du Saguenay-Lac-Saint-Jean et de la Capitale-Nationale. Sept autres régions connaîtraient également des hausses de leurs dépenses et, à l’opposé, cinq régions afficheraient des baisses. La plus forte décroissance se situerait dans la région des Laurentides (- 38,2 %).

Toujours en 2022, les dépenses en immobilisations corporelles non résidentielles prévues par les entreprises privées sous contrôle canadien (celles du Québec incluses) sont de 20,6 G$, soit une hausse de 9,8 %. Ces dépenses augmenteraient de 40,7 % en Abitibi-Témiscamingue et de 20,8 % en Estrie.

Dépenses en immobilisations ou investissements

Dépenses faites pour l’acquisition d’actifs durables neufs qui procurent un avantage économique à son propriétaire. Elles sont divisées entre les immobilisations corporelles (bâtiment, travaux de génie, matériel et outillage), incorporelles (logiciel, recherche et développement, prospection pétrolière, gazière et minérale, etc.) et financières (actions, obligations, prêts, créances, etc.). Elles excluent l’achat de terrains, de constructions déjà existantes, de matériel ou d’outillage d’occasion (à moins qu’ils n’aient été importés).

Consultez plusieurs autres données sur les investissements pour l’ensemble du Québec, les régions administratives et les régions métropolitaines de recensement (RMR) dans le site Web de l’Institut.

L’Institut de la statistique du Québec produit, analyse et diffuse des informations statistiques officielles, objectives et de qualité sur différents aspects de la société québécoise. Il est le responsable de la réalisation de toutes les enquêtes statistiques d’intérêt général. La pertinence de ses travaux en fait un allié stratégique pour les décideurs et tous ceux qui désirent en connaître davantage sur le Québec.

 


Pour ne rien manquer des nouvelles hyperlocales du www.lecontrecourant.com, aimez notre page Facebook et inscrivez-vous au Contre-courriel !

Vous pourriez aimer aussi :

Share This